Menu 1

Subprime

 «  Subprime » désigne un emprunteur qui présente un risque de défaut élevé, en raison soit de  son historique et de sa notation de crédit, soit des caractéristiques de son financement, tels qu’un ratio encours de  prêt/bien acheté élevé. Le taux d’intérêt demandé est nettement  plus élevé que pour les bons risques.  La notion est née aux Etats-Unis mais ne s’y limite pas (Canada).
Par assimilation, le terme désigne également des emprunts immobiliers risqués, et est souvent  utilisé pour nommer la crise  immobilière des Etats-Unis commencée en 2006 et qui est à l’origine de la crise financière et économique qui a suivi.
Les  subprime s’insèrent dans une classification des risques fondée principalement sur la notation des emprunteurs par un score de crédit accessible aux  préteurs. il s’agit de de  fichiers positifs qui  accordent aux particuliers une  note,  à partir de leur niveau de dette et de  leur historique de  paiement : le plus utilisé aux Etats Unis est le  score FICO.
La meilleure catégorie de  risque est la catégorie « prime ». Entre les deux existe  une catégorie intermédiaire dite « Alt A » (alternative A), du nom  des émissions obligataires de  titrisation qui  contiennent ce type de prêt.
Le prêt au segment des subprime s’est développé au cours des 20 années précédant la crise de 2008 ; après un coup d’arrêt, il a repris de l’importance, notamment pour les autres crédits aux  particuliers (carte de crédit, crédit automobiles, prêt étudiant).
La  notion de débiteur subprime s’est étendue vers des pratiques de  plus en plus risquées : au départ elle s’appliquait à  des particuliers présentant un mauvais risque de crédit tel que surendettement  ou impayés.  Au plus fort de la bulle immobilière des années 2000, les préteurs, persuadés que la hausse des prix des biens  les protégerait de toute défaillance, ont financé des emprunteurs sans emploi ou  sans aucune vérification des revenus déclarés : les NINJA (No Income, No Job or Asset). La crise et les réformes qui ont suivi ont fortement réduit le marché des  subprime immobiliers.

François de Ricolfis
Janvier 2016

apport personneltaux d’effort, solvabilité, crédit

ISSN 2491-3022