Menu 1

Auger Fanny

Auteur/e

Auger Fanny

Discipline

Sociologie

Titre

L'aménagement de l'habitat chez des couples de nouveaux retraités Baby-Boomers : vivre le présent, anticiper l'avenir ?

Université

Lille 3

Date de soutenance

21/11/2016

Directeur/trice de thèse

Vincent Caradec, Ségolène Petite

Résumé

Cette thèse de sociologie qualitative porte sur les pratiques et les significations des aménagements de l’habitat chez des couples d’individus nouvellement retraités et issus du « Baby-Boom ». Elle rend compte des dynamiques - socio-historiques, identitaires et corporelles, relationnelles et de mode de vie - qui modèlent l’expérience du « vieillir » et de l’ « habiter » de ces individus, et ce, dans une double temporalité : dans le temps présent, à travers les aménagements réalisés et/ou projetés à court terme ; dans l’avenir, à travers les aménagements réalisés par anticipation des risques liés à la vieillesse et/ou projetés à long terme. Les résultats de cette thèse montrent, d’une part, que les aménagements de l’habitat et leurs pratiques afférentes constituent les « supports » d’une transition dans le parcours de vie, pour des « êtres vieillissants sans être vieux » qui arrivent à la retraite et en même temps, au dernier tiers de leur vie. Dans le même mouvement, ils montrent comment les liens et les activités diverses de « pivots générationnels » nouvellement retraités façonnent leur habitat et leur façon d’habiter en début de retraite. D’autre part, les résultats de cette thèse donnent à voir une approche « endogène » de l’adaptation de l’habitat, à l’heure où cette question constitue un enjeu essentiel pour les pouvoirs publics et pour les individus. Cette recherche montre sur ce point comment des Baby-Boomers font preuve, via l’aménagement de leur habitat, d’un empowerment notable au sujet de leur vieillissement présent et à venir, afin de vivre et de vieillir « bien » et si possible, chez eux. Les résultats exposés donnent aussi à penser le potentiel du « confort » pour accompagner les individus issus des générations du Baby-Boom dans la prévention des risques de l’avenir et la préparation de leurs vieux jours. En même temps, cette recherche invite à réfléchir à certains freins liés aujourd’hui (encore) à ces questions, tels qu’un imaginaire de la vieillesse profondément négatif, que certaines images et messages véhiculés continuent de nourrir.

Principales conclusions

Cette thèse montre comment des individus issus des générations du Baby-Boom font preuve, via l’aménagement de leur habitat, d’un empowerment notable au sujet de leur vieillissement présent et à venir, afin de vivre et de vieillir « bien » « chez eux » ; elle donne à penser le potentiel du « confort » pour les accompagner dans la prévention des risques de l’avenir et la préparation de leur vieux jours ; la thèse invite en même temps à réfléchir à certains freins liés à ces questions, tels qu’un imaginaire de la vieillesse  négatif toujours véhiculé par certains messages et certaines images ; les résultats révèlent aussi comment les aménagements de l’habitat constituent les « supports » d’une transition dans le parcours de vie, pour des individus à la fois « pivots générationnels » et « vieillissants sans être vieux », qui arrivent à la retraite et en même temps, au dernier tiers de leur vie.

Mots-clés

Baby-boom, vieillissement, habitat, aménagement, retraite, relation familiale, cycle de vie

Thèmes

Cycle de vie, sociologie

Accès en ligne

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01469229/document