Menu 1

Sada Timera Aly

Auteur/e

Sada Timera Aly

Discipline

Sociologie, démographie

Titre

Les politiques urbaines face à l’habitat précaire à Dakar : Géohistoire des mobilités résidentielles, normes institutionnelles et pratiques populaires de l’espace.

Université

Sorbonne, Paris Cité

Date de soutenance

25/09/2017

Directeur/trice de thèse

Mahamet Timera

Résumé

La configuration ainsi que le fonctionnement de l’espace dakarois sont marqués par une permanente confrontation entre les « normes institutionnelles » et les modes populaires de production et de consommation de l’espace urbain. L’objectif général de ce travail est d’analyser la façon dont s’édifie et se développe l’espace urbain dakarois, et plus particulièrement les modes de production des espaces résidentiels et comment ils sont façonnés par des logiques contradictoires et des stratégies d’acteurs différenciées. La géo histoire de l’édification urbaine de Dakar qui nous a servi de trame, montre que la construction de la capitale sénégalaise est inscrite dans une lutte constante des acteurs pour l’appropriation des ressources spatio-territoriales marquées par le rejet et l’exclusion progressive des groupes sociaux économiquement fragiles dont les emprises résidentielles libérées de manière souvent violente ont été réaffectées à des acteurs sociaux à revenus plus élevés. Devant cette politique ségrégationniste, s’est développée une rigoureuse résistance des groupes sociaux populaires qui a fini par imposer ses formes et modalités de consommation spatiale devenues dominantes au point de produire une urbanité caractéristique d’une identité physionomique propre à la ville. L’Etat a développé une stratégie de reconquête politico – administrative, qui s’est notamment traduite sur le plan politique par l’approfondissement de la décentralisation avec la création des communes d’arrondissement couvrant l’ère des zones irrégulières, renforcées institutionnellement en commune de plein exercice avec l’acte III de la décentralisation. Le redéploiement de l’État se lit également à travers des dynamiques de reterritorialisation qu’il engendre avec les opérations de Restructuration Régularisation Foncière notamment. Il s’agit d’une entreprise de contrôle technico urbanistique avec un objectif d’intégration physique et socioéconomique des quartiers irréguliers à la « ville légale ».En effet, l’impératif de contrôle politico – administratif (décentralisation/déconcentration) et d’harmonisation technico urbanistique (restructuration/régularisation foncière) de la ville s’inscrivent dans un champ plus large qui vise l’élargissement du marché et sa consolidation. Ainsi en prétendant lutter contre les exclusions et les inégalités territoriales, les projets de RRF les reproduisent sous une forme renouvelée, en tant que champ de préparation de l’expansion du marché dans les territoires de l’informalité.

Mots clés

Inégalité territoriale, politique urbaine, aménagement du territoire, exclusion sociale, régulation foncière, discrimination dans le logement

Principales conclusions

1) En prétendant lutter contre les inégalités et l’exclusion sociale les opérations de Restructuration régularisation foncière les reproduit en les amplifiant.
2) Les opérations de RRF intègrent la stratégie d’élargissement et de consolidation du marché et constituent une nouvelle forme d’exclusion Ce renouvellement des mécanismes d’exclusion tend à endiguer les fortes pressions subies par l’État du fait des nouveaux rapports de force entre groupes sociaux, ses interventions directes ayant toujours été confrontées à la vivacité des résistances populaires qui se lisent notamment dans le dynamisme expansif de la production spatiale urbaine populaire et la consolidation des formes résidentielles qui lui sont liées.