Menu 1

Mobilité résidentielle

Désigne, dans son sens le plus restrictif, les déplacements des individus ou de groupes d’individus, ayant pour effet de transférer leur résidence d’un lieu à un autre.

Le terme de résidence peut lui-même s’interpréter de manières diverses, du logement principal, habituel, à la notion plus complexe d’espace de vie.
Selon une acception plus riche, la mobilité résidentielle désigne la propension, la capacité d’un individu ou d’un groupe d’individus à se déplacer d’un lieu de résidence à un autre.
Dans le premier cas, on désigne une réalité physique, identifiable et en principe mesurable. Dans le second cas, on fait référence au comportement d’un individu ou d’un groupe, capable de se déplacer.

La mobilité résidentielle : déplacement d’un lieu de résidence à un autre

Lorsqu’il désigne un déplacement, ou un ensemble de déplacements, observables dans l’espace géographique, le concept de mobilité résidentielle se rapproche de celui de migration résidentielle. Toutefois, alors que le concept de migration désigne en général un changement durable entre deux lieux distants physiquement, culturellement et socialement, celui de mobilité résidentielle est plus large, et inclue également les déménagements entre deux logements proches l’un de l’autre. De manière pratique, la limite conceptuelle entre mobilité résidentielle et migration peut être le franchissement d’une frontière administrative.
La mobilité résidentielle est un phénomène difficile à mesurer, puisqu’elle suppose un repérage à la fois dans l’espace et le temps.
Les principales sources qui permettent de l’étudier sont les registres de population, dans les pays où leur qualité est assurée (pays scandinaves, Belgique…), les recensements de population (en dépit du fait que bien souvent, ils n’autorisent qu’une mesure de migrants ou de migrations « résultantes » et non des événements que constituent les migrations), certains documents administratifs (qui posent en général un problème de non-exhaustivité), et les enquêtes.
Parler de mobilité résidentielle suppose que l’on soit capable d’identifier clairement une résidence ou des résidences successives. Pour certaines sous-populations, la définition d’un lieu de résidence unique est délicate. Par ailleurs, le développement de la multi-résidence rend encore plus complexe l’analyse de la mobilité résidentielle.
Daniel Courgeau propose de dépasser les concepts de résidence et de mobilité résidentielle pour parler de changements d’espace de vie. Cette approche, conceptuellement plus satisfaisante, se heurte toutefois très pratiquement à la question de la disponibilité de sources d’information sur l’espace de vie et sur les transformations de l’espace de vie des individus.

La mobilité résidentielle : comportement des individus

Dans cette acception plus large, la mobilité résidentielle n’est plus vue comme un fait, un déplacement ayant un début et une fin, à la fois dans l’espace et dans le temps, mais comme une qualité des individus, des groupes, des populations. On parlera de populations mobiles, par opposition aux populations peu mobiles ou non mobiles. Ainsi que le souligne Jacques Brun (1993), « L’aptitude, la propension à se déplacer – qu’il s’agisse d’un individu ou d’un groupe – préexistent au déplacement et ne disparaissent pas, ne perdent pas leur réalité et leur sens avec la réalisation du déplacement, ni avec sa non-réalisation ».
L’analyse de la mobilité résidentielle ne consiste alors plus seulement à comptabiliser les changements de résidence ou à suivre les flux dans l’espace, mais à comprendre, interpréter une attitude, collective ou individuelle. L’affinement des méthodes d’observation, les progrès de l’analyse statistique de la mobilité, en particulier grâce aux travaux des démographes, ont joué un rôle important dans la compréhension de la mobilité résidentielle, en particulier en permettant de s’intéresser aux propriétés individuelles des migrants, et non plus aux seules propriétés de l’espace. Aujourd’hui, le développement de l’analyse multiniveau permet d’associer dans une même démarche d’analyse les propriétés individuelles et celle de l’espace dans lequel les individus se meuvent. L’analyse de la mobilité résidentielle consisterait ainsi à comprendre les facteurs, individuels, collectifs et spatiaux, qui permettent ou qui poussent les individus à se déplacer, à modifier leur espace de vie.

Brigitte Baccaïni
Février 2015

→ espace de vie, migration, choix résidentiel, « La double résidence », « Le déménagement, un drame du quotidien », navette