Menu 1

Qualité de l’air dans les logements : quelles problématiques ? quels enjeux ?

Imprimer

Pour sa 4ème période (2021-2025), le Plan national Santé Environnement, publié en mai 2021, met une nouvelle fois la qualité de l’air intérieur dans les lieux de vie au cœur des enjeux de santé en lien avec l’environnement [1]. Premier environnement intérieur en termes de temps passé, en moyenne 16h10 par jour en France selon l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, le logement a une contribution majeure aux expositions de la population aux polluants présents dans l’air. Cet article présente une synthèse des connaissances et des enjeux actuels et futurs sur le sujet.

Qualité de l’air dans les logements : que sait-on en 2021 ?

Des sources de pollution nombreuses

Bien que considéré comme un lieu protecteur des nuisances extérieures, le logement concentre cependant de nombreuses sources de pollution. Il peut s’agir de substances chimiques, par exemple les composés organiques volatils (COV), d’agents biologiques comme les virus, bactéries ou moisissures, ou enfin d’agents physiques parmi lesquels on compte les particules en suspension dans l’air, les fibres d’amiante ou les fibres minérales artificielles, les champs électromagnétiques ou encore le radon, gaz radioactif présent dans certains sols et qui pénètre dans le logement par les défauts d’étanchéité entre le bâtiment et le sol. L’humidité ne constitue pas en tant que tel un polluant. Néanmoins un logement humide conduit au développement de moisissures préjudiciables à la santé humaine, mais aussi à la qualité du bâti. L’humidité favorise également la prolifération des acariens, ce qui aggrave les allergies chez les personnes sensibles à leurs allergènes. Enfin, l’humidité peut augmenter l’émission de substances chimiques présentes dans les matériaux.
L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI ; www.oqai.fr), programme de recherche mis en place en 2001 par les ministères en charge du logement, de l’environnement et de la santé, fait régulièrement un inventaire des polluants potentiellement présents dans les bâtiments à partir des données de la littérature scientifique. Lors du dernier inventaire mené en 2018, ce sont plus de 2700 substances chimiques qui ont été recensées.
La diversité de cette pollution de l’air intérieur des logements peut aussi être décrite selon trois catégories de sources :
– la pollution extérieure : de l’air et du sol. L’air extérieur peut être pollué par les émissions du trafic routier, des rejets industriels ou des activités agricoles. Par ailleurs, outre le radon, gaz produit par la désintégration naturelle de l’uranium présent dans les roches, d’autres polluants volatils, résidus d’une activité industrielle passée, peuvent être présents dans le sol sous un bâtiment et être transférés vers les espaces de vie via les défauts d’étanchéité ;
– le bâtiment et son aménagement : matériaux de construction, revêtements, équipements et mobilier. Les matériaux utilisés pour la construction, l’isolation et la décoration des bâtiments peuvent émettre des composés gazeux tout au long de leur vie, et en particulier lorsqu’ils sont neufs. S’ils sont poncés, percés ou sciés, ils peuvent relarguer dans l’air des particules et des fibres. Les appareils de chauffage mal entretenus ou non raccordés, comme certains chauffages d’appoint à pétrole, peuvent émettre des résidus de combustion, comme le monoxyde de carbone, gaz inodore, incolore, mais mortel au-delà d’un seuil de concentration. Les meubles et textiles d’ameublement peuvent être des sources de pollution de l’air intérieur. En 2015, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié une liste de 31 substances potentiellement émises par le mobilier et ayant un score de danger élevé. Par exemple, dans les meubles rembourrés, des substances chimiques dites « retardateurs de flamme » peuvent être ajoutées pour en limiter l’inflammabilité. Enfin, dans le cas spécifique des maisons, la présence d’un garage attenant et communicant augmente les concentrations dans l’air des pièces de vie de certains polluants émis par les voitures (gaz d’échappement et réservoirs) et les produits de bricolage pouvant être stockés dans ce garage ;
– les occupants eux-mêmes du fait de leurs activités : tabagisme, nettoyage, bricolage, loisirs créatifs, hygiène corporelle. Outre le tabagisme, source prépondérante de pollution de l’air intérieur, toute source de combustion, comme les bougies et les encens, les cheminées ou la cuisson d’aliments, émet des substances gazeuses et des particules dans l’air intérieur. Les produits d’entretien et de bricolage, les produits de traitement des plantes d’intérieur, des textiles (imperméabilisants), du bois ou des animaux domestiques, les insecticides, les diffuseurs de parfums sont autant de sources de substances chimiques introduites dans les logements.
Outre ces sources d’émissions dites primaires, des polluants dits secondaires peuvent être formés par réaction chimique. Ces polluants sont parfois aussi néfastes pour la santé que les substances qui les ont produites. Ainsi l’ozone, présent dans l’air extérieur en particulier en période estivale, peut pénétrer dans les bâtiments et réagir avec les terpènes, des substances notamment émises par les produits d’entretien et les parfums d’ambiance dont les huiles essentielles, pour former du formaldéhyde et des particules ultrafines.
En conclusion, l’ensemble de ces sources de pollution dans les logements conduit à des concentrations dans l’air souvent plus élevées en intérieur qu’en extérieur, comme l’a montré la première campagne nationale de mesure de la qualité de l’air dans les logements, menée par l’OQAI de 2003 à 2005 (Figure 1).

Figure 1 : Concentrations médianes en composés organiques volatils dans l’air des logements français (chambre principale) et en extérieur (jardin, cour, balcon ou bord de fenêtre) (2003-2005)

La première campagne nationale de mesure dans les logements (2003-2005) a également montré que la pollution de l’air intérieur n’est pas homogène. Plus précisément, quatre types de pollution de l’air intérieur ont été identifiées. Certains logements qui cumulent de nombreuses sources de pollution intérieure et un mauvais renouvellement d’air (car peu d’ouverture des fenêtres et/ou un système mécanique de ventilation inexistant ou inefficace) sont dits « multi-pollués » ; ils représentent 10 % du parc des logements en France. A contrario, 40 % des logements sont considérés peu pollués puisque les substances recherchées ne sont pas détectées ou bien sont présentes en faibles concentrations. Un quart des logements sont très pollués par une unique substance ; c’est par exemple le cas des appartement situés au-dessus d’un pressing où le tétrachloroéthylène est utilisé. Enfin, un quart des logements sont moyennement multi-pollués : on y mesure des concentrations un peu plus élevées qu’en moyenne dans le parc français pour quelques substances chimiques.

Des effets sur la santé reconnus

Certaines associations entre substances présentes dans l’environnement intérieur et effets sur la santé sont bien établies, comme par exemple l’intoxication au monoxyde de carbone, le saturnisme lié à la présence de plomb dans d’anciennes peintures qui cause des troubles du développement, l’aggravation de l’asthme liée aux moisissures, le cancer du poumon provoqué par le radon ou le mésothéliome lié à l’inhalation de fibres d’amiante. Cependant, pour la majorité des polluants de l’air intérieur, les effets sur la santé ne sont pas clairement identifiés. Si l’étude des effets de la pollution atmosphérique extérieure est possible grâce à la surveillance réglementaire de la qualité de l’air extérieur, il n’est pas envisageable, économiquement et matériellement, d’équiper des milliers de logements d’appareils de mesure de la qualité de l’air intérieur. Les effets sur la santé liés à la pollution de l’air des logements sont d’autant plus complexes à déterminer que les expositions se font à faibles doses, que les effets sont parfois différés dans le temps et que les effets possiblement additifs, synergiques ou antagonistes, liés à l’exposition au mélange de ces substances ne sont pas connus. Des études épidémiologiques ont néanmoins été menées et il a pu être observé que les COV et le dioxyde d’azote causaient des troubles respiratoires. La première campagne nationale de l’OQAI dans les logements a montré une prévalence plus élevée de symptômes respiratoires chez les personnes qui vivaient dans des logements pollués par un ou plusieurs COV. Certains COV sont par ailleurs reconnus neurotoxiques (agissant sur le système nerveux) ou reprotoxiques (pouvant altérer les fonctions de reproduction ou induire des effets néfastes non héréditaires sur la descendance).

Comment évolue la qualité de l’air dans les logements ?

Une évolution différente selon les polluants considérés

En l’absence de mesures régulières de l’air intérieur à l’instar de la surveillance de l’air extérieur, il est difficile de quantifier l’évolution des concentrations intérieures dans les logements. En 2020, l’OQAI a démarré la 2e campagne nationale de mesure de la qualité de l’air dans les logements en France, afin de mettre à jour l’état de la pollution intérieure depuis la première campagne menée entre 2003 et 2005. Les études de l’OQAI menées depuis 2001 dans différents lieux de vie permettent néanmoins d’observer quelques tendances. Les concentrations en composés organiques aromatiques (benzène, toluène) ou chlorés (trichloroéthylène, tétrachloroéthylène) diminuent du fait de l’interdiction ou de la diminution de leur utilisation dans les produits de consommation. Certains polluants « historiques » des bâtiments comme l’amiante, le plomb ou les polychlorobiphényles (PCB) ne sont désormais plus utilisés dans les matériaux de construction. Si certaines substances ne sont plus introduites dans les logements, de nouvelles peuvent les substituer et générer une nouvelle pollution intérieure. Ainsi, les retardateurs de flamme bromés, présents dans les textiles ou les produits électriques et électroniques pour en limiter l’inflammabilité, peuvent être relargués dans le logement ; on les mesure à la fois dans l’air et dans les poussières déposées sur les surfaces. La plupart ayant été interdits, les retardateurs de flamme bromés sont aujourd’hui remplacés par des composés organophosphatés. De façon analogue, les concentrations intérieures de certains phtalates ou bisphénols diminuent tandis que celles d’autres substances de ces mêmes familles chimiques augmentent.

Des problématiques émergentes

Les questionnements actuels relatifs à la pollution de l’air des logements concernent notamment les substances dites « émergentes », à savoir que l’on peut désormais mesurer grâce à des méthodes d’analyse plus sensibles, ou bien nouvellement introduites dans les bâtiments via de nouveaux usages ou produits, comme le vapotage, l’impression 3D ou les nanomatériaux, ou encore qui posent question du fait de leurs possibles effets sur la santé, comme les perturbateurs endocriniens ou les pesticides. Les nanoparticules, particules de diamètre inférieur à 100 nm, peuvent être incorporées aux matériaux de construction et aux produits de consommation pour leur conférer des propriétés spécifiques, de résistance ou antibactériennes par exemple. Leur possible émission dans l’air au cours de l’utilisation, puis de la dégradation de ces matériaux et produits, interroge tandis que les publications scientifiques font émerger le caractère préoccupant des particules de cette taille pour la santé respiratoire.
Par ailleurs, si on parle d’air intérieur et d’exposition par inhalation aux polluants présents dans l’air, il existe d’autres voies d’exposition aux polluants présents dans les logements, qui font l’objet d’une attention particulière de la communauté scientifique. Ainsi, des études récentes ont montré que l’exposition via la peau à certains polluants gazeux dans l’air pouvait ne pas être négligeable. De même, l’ingestion non intentionnelle de poussières déposées sur les surfaces (sol ou mobilier) via les contacts main-bouche, qui sont particulièrement importants chez les très jeunes enfants, peut conduire à une exposition prépondérante en comparaison d’autres voies d’exposition (air ou aliments, par exemple). En effet, des substances chimiques semi-volatiles (qui ne s’évaporent qu’en partie dans l’air) ou non volatiles sont présentes dans les poussières déposées. Une expertise récente de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a fait le point sur des connaissances sur le sujet [2].

Quels sont les leviers d’action ?

Même si le sujet de l’air intérieur est complexe car multiforme, il est possible d’agir pour une meilleure qualité de l’air dans les logements. Ces moyens d’agir impliquent à la fois le constructeur, le bailleur et les occupants.

Réduire les sources de pollution

L’amélioration de la qualité de l’air dans les logements passe d’abord par la réduction des sources de pollution et l’utilisation de produits et de matériaux faiblement émissifs. Depuis le 1er septembre 2013, tous les produits de construction et de décoration mis sur le marché (revêtements de mur, de sol et de plafond, peintures et vernis, matériaux d’isolation, etc.) doivent obligatoirement porter une étiquette indiquant leur potentiel émissif (Figure 2). Cet étiquetage est fondé sur les émissions de dix COV et des composés organiques volatils totaux à partir d’essais en laboratoire ou de la connaissance de la composition du produit. Quatre classes définissent in fine le niveau d’émission des produits et vont de « A+ » (produit très peu ou pas émissif) à « C » (produit très émissif ou émissions non évaluées).
A défaut d’étiquetage pour choisir certains produits, comme les produits d’entretien, il convient de respecter les dosages et les consignes d’utilisation, qui requièrent souvent une aération plus importante des pièces pendant leur usage. Il convient également de ne pas accumuler ces produits dans les espaces de vie. Enfin l’utilisation modérée de parfums d’ambiance, masquants d’odeurs, bougies et encens limite l’exposition à la pollution gazeuse et particulaire.
Enfin, l’entretien régulier des équipements du bâtiment, des appareils à combustion pour le chauffage et la production d’eau chaude est indispensable pour éviter toute intoxication au monoxyde de carbone.

Figure 2 : Étiquette indiquant la classe d’émission en composés organiques volatils d’un matériau ou produit de construction ou de décoration

Garantir le bon renouvellement de l’air

L’amélioration de la qualité de l’air dans les logements passe également par l’aération et la ventilation. Si la présence de polluants ne peut être complètement évitée, il faut faire en sorte de les éliminer via le renouvellement de l’air. Les systèmes mécaniques de ventilation (VMC) doivent être correctement dimensionnés, installés et maintenus. Les orifices d’entrée d’air tout comme les bouches d’extraction d’air ne doivent jamais être obturés. Et il convient de laisser un espace de 2 cm sous les portes pour permettre la circulation de l’air au sein du logement. En l’absence d’une VMC, il est indispensable d’aérer via l’ouverture régulière des fenêtres. Cette dernière est également vivement recommandée dès lors qu’il y a une activité ponctuelle et émettrice de polluants dans le logement (nettoyage ou bricolage, par exemple).
Les travaux de l’OQAI ont montré une proportion importante de débits aux bouches des systèmes mécaniques de ventilation non conformes à la réglementation, y compris à la réception de logements neufs. Les contrôles à réception menés annuellement sur un échantillon de bâtiments neufs montrent également que dans près de 50 % des cas, les débits d’extraction sont inférieurs aux débits fixés par la réglementation. Devant ce constat de défaillance d’un élément-clé de la qualité de l’air intérieur, le PNSE4, qui vient de paraitre [1], demande l’obligation de la vérification des installations de VMC lors de la réception des bâtiments neufs. Cette vérification sera mise en place dans le cadre de la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments, la RE2020, à compter de janvier 2022 et concernera les logements neufs.

Epurer l’air intérieur ?

A ce jour, l’épuration de l’air intérieur au moyen d’appareils autonomes n’a jamais été mise en avant par la communauté scientifique comme un moyen satisfaisant de garantir une bonne qualité de l’air dans le logement. L’efficacité et l’innocuité des différentes technologies mises en œuvre n’ont pas été démontrées en conditions réelles d’usage. S’il existe depuis peu une norme française pour évaluer l’efficacité et l’innocuité des dispositifs autonomes d’épuration de l’air intérieur [3], les produits mis sur le marché ne sont pas tous testés par les fabricants. Avec la pandémie de COVID-19, la question de l’utilisation des épurateurs d’air intérieur a pris de l’ampleur. Le Haut Conseil de la santé publique, dans son avis du 14 mai 2021 « relatif au recours à des unités mobiles de purification de l’air dans le cadre de la maîtrise de la diffusion du SARS-CoV-2 dans les espaces clos », rappelle que l’utilisation de tels épurateurs doit être envisagée uniquement quand ni l’aération, ni la ventilation du local ne sont possibles ou suffisantes. Si de tels appareils sont utilisés, il doit s’agir de dispositifs par filtration à haute efficacité et une étude en conditions réelles doit avoir été menée au préalable.
S’agissant de l’épuration de l’air intérieur, on peut aussi mentionner l’utilisation de plantes en pot, largement mise en avant suite aux travaux de la NASA dans les années 1970. En laboratoire, sous des conditions contrôlées et avec de fortes concentrations de polluants, certains végétaux ont en effet montré leur capacité à éliminer des polluants gazeux. Mais en conditions réelles, à savoir de faibles concentrations des polluants, un mélange de substances et un volume d’air important à traiter, les plantes en pot ne sont pas capables d’éliminer les polluants de l’air intérieur.

Quid de la réglementation ?

Contrairement à l’air extérieur qui dispose d’une directive européenne encadrant la surveillance des concentrations de plusieurs polluants, il n’existe pas d’obligation réglementaire d’une surveillance de la qualité de l’air dans les logements en l’absence de moyens de mesure fiables et à coût abordable et du fait que le logement est un espace privatif. Il existe néanmoins des valeurs limites réglementaires pour quelques polluants, applicables dans des contextes particuliers. Pour les logements, le monoxyde de carbone et l’amiante sont concernés. En présence d’une chaudière ou d’un chauffe-eau utilisant un combustible solide ou liquide, une vérification annuelle du bon fonctionnement est requise et inclut une mesure de la concentration intérieure en monoxyde de carbone par un professionnel. S’agissant de l’amiante, un diagnostic est obligatoire pour tout logement construit avant 1997 et, en présence de flocages, calorifugeages ou faux-plafond contenant de l’amiante à l’état dégradé, un prélèvement d’air doit être réalisé pour vérifier que la valeur limite de 5 fibres par litre d’air n’est pas dépassée.
Il n’existe aujourd’hui pas de critères exhaustifs qui permettent de considérer que l’air intérieur d’un logement est sain. Du fait de la diversité des polluants en présence, de la difficulté de tous les mesurer, sur le long terme et à prix raisonnable, on limite souvent l’évaluation aux quelques composés disposant de valeurs guides réglementaires ou indicatives lorsque des mesures sont réalisées. Le respect de ces valeurs guides constitue à défaut un minimum à garantir pour les occupants.
D’autres références réglementaires existent pour les logements. S’agissant du radon, le code de l’environnement prévoit une information sur le risque associé lors de l’achat ou de la location d’un bien immobilier situé en zone à potentiel élevé (zone 3), à mentionner dans l’état des risques naturels et technologiques fourni en annexe de la promesse ou de l’acte de vente ou du contrat de location. L’étiquetage obligatoire des matériaux de construction et produits de décoration, ainsi que la vérification de la VMC, mentionnés précédemment, font partie du corpus réglementaire encadrant la qualité de l’air dans les logements.

Un sujet au cœur des problématiques environnementales et sociétales

Qualité de l’air intérieur et performance énergétique

Le bâtiment est un contributeur majeur aux émissions de gaz à effet de serre et l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments est aujourd’hui une nécessité impérieuse. La construction ou la rénovation de logements performants énergétiquement ne doit cependant pas se faire au détriment de la qualité de l’air intérieur. En effet, le renforcement de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment par l’isolation intérieure ou extérieure ou le changement des menuiseries, peut conduire à réduire le renouvellement de l’air, donc possiblement dégrader la qualité de l’air intérieur si par ailleurs aucune attention n’est portée à la ventilation. Les résultats de la première enquête TREMI (Travaux de Rénovation Energétique des Maisons Individuelles), publiée par l’ADEME en 2018 [4], montrent que la ventilation n’apparaît pas dans les dix bouquets de travaux les plus réalisés dans les maisons individuelles sur la période 2014-2016. Sur 5,1 millions de maisons rénovées pendant cette période, 2,7 millions ont changé leurs ouvertures tandis que seulement 620 000 ont installé un système mécanique de ventilation (90 %) ou amélioré celui existant (10 %). L’absence de prise en considération de la ventilation peut conduire à une augmentation des concentrations intérieures en radon, comme observé dans un échantillon de plus de 6000 maisons en Bretagne et Nouvelle Aquitaine [5]. Ainsi, les acteurs de la rénovation énergétique doivent impérativement être sensibilisés au sujet de la qualité de l’air intérieur pour éviter toute conséquence négative.

Qualité de l’air intérieur et changement climatique

Dans le futur, des températures intérieures plus élevées favoriseront les émissions en polluants volatils des matériaux et produits de construction, de décoration et d’ameublement dans les bâtiments, et ainsi les expositions à ces polluants. Par ailleurs, l’augmentation des concentrations atmosphériques extérieures, d’ozone en particulier, impactera la qualité de l’air intérieur notamment en lien avec la réactivité chimique abordée précédemment. De plus, dans le contexte d’évènements climatiques extrêmes que l’on anticipe plus fréquents, la population pourra être exposée à des moisissures suite à des inondations ou bien au monoxyde de carbone lors de l’utilisation d’appareils de chauffage d’appoint non raccordés ou inadaptés (groupes électrogènes) pour pallier les possibles coupures d’électricité, comme cela a déjà été observé. Via une dégradation de la qualité de l’air intérieur, le changement climatique induira des effets néfastes supplémentaires sur la santé humaine.

Qualité de l’air intérieur dans le logement de demain

La crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 a bouleversé les usages du logement puisque celui-ci est devenu un lieu de travail et d’apprentissage. Il se pourrait qu’à l’avenir, le logement reste un espace de travail en complément du bureau, pour une part de la population. Le temps passé y sera donc encore plus important.
Par ailleurs, le logement de demain pourrait être équipé de capteurs de mesure de la qualité de l’air intérieur, favorisant ainsi l’acquisition de données massives et de connaissances élargies sur ces espaces de vie, mais surtout sensibilisant l’occupant à son environnement le plus proche et l’invitant à être acteur d’une meilleure qualité de l’air chez lui. Le développement de tels capteurs est encore balbutiant ; peu de polluants sont mesurés et la fiabilité et la durabilité de la mesure n’ont très souvent pas été évaluées. Ces limites ne doivent néanmoins pas occulter les perspectives intéressantes offertes par ces dispositifs de mesure quand leur robustesse sera garantie.

Conclusion

Les connaissances sur les polluants présents dans l’air des logements ont progressé ces dernières années et les leviers d’actions pour réduire les expositions à ces polluants sont désormais connus. Des recherches restent nécessaires pour répondre aux nouvelles interrogations qui se font jour, en lien avec de nouveaux usages ou nouveaux matériaux et produits, la rénovation énergétique ou encore le changement climatique. C’est dans ce contexte qu’a démarré en novembre 2020, une nouvelle campagne nationale de mesure de la qualité de l’air dans les logements en France, conduite par l’OQAI jusqu’à décembre 2022. Menée dans 600 logements tirés au sort aléatoirement, elle vise plus de 170 paramètres et la collecte de données descriptives des bâtiments, des activités des occupants et de leur santé. Ces recherches sont d’autant plus nécessaires que l’évolution des modes de vie pourrait nous conduire à passer un temps encore plus long dans les logements s’ils deviennent des lieux de travail. Enfin, si les connaissances progressent, la sensibilisation de tous les acteurs, y compris des occupants eux-mêmes, est fondamentale pour une prise de conscience collective des enjeux de santé associés et pour garantir des logements sains et durables.

Corinne Mandin
Juin 2021


Références

  1. Un environnement, une santé : 4e Plan National Santé Environnement. https://www.ecologie.gouv.fr/environnement-sante-decouvrez-4e-plan-national-sante-environnement. Consulté le 15 mai 2021
  2. Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, Mars 2020. Avis et rapport de l’Anses relatif à l’évaluation de l’exposition et valeurs de référence pour les poussières sédimentées dans les environnements intérieurs
  3. Norme NF B44-200, Mai 2016. Epurateurs d’air autonomes pour applications tertiaires et résidentielles – Méthodes d’essais – Performances intrinsèques
  4. ADEME, Agence de la Transition Energétique. Travaux de Rénovation Energétique des Maisons Individuelles : enquête TREMI. Campagne 2017. https://librairie.ademe.fr/urbanisme-et-batiment/1666-travaux-de-renovation-energetique-des-maisons-individuelles-enquete-tremi-9791029710223.html
  5. Le Ponner E, Collignan B, Ledunois B, Mandin C. Déterminants des concentrations intérieures en radon dans les logements français. Environnement, Risques & Santé 2019, 18 ; 33-40.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire