Menu 1

L’hébergement des personnes en difficulté sociale

Imprimer
Source : Emmanuel Pliquet (DREES), 2019, « Hébergement des personnes en difficulté sociale : 140 000 places fin 2016, en forte évolution par rapport à 2012 », Études et Résultats, n°1102, Drees, février.

Selon une récente étude du ministère des solidarités et de la santé (référence ci-dessus), 140 000 places d’hébergement étaient proposées, fin 2016, aux adultes et familles en difficulté sociale. Leur nombre a augmenté d’environ 40 000 en quatre ans. Ce total regroupe sept catégories d’établissements, comme l’indique le tableau ci-dessous.

Chacune de ces catégories possède ses spécificités, en ce qui concerne notamment les personnes qu’elles accueillent :

  • les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS)ont pour mission d’assurer l’accueil, le logement, l’accompagnement et l’insertion sociale des personnes ou familles connaissant de graves difficultés en vue de les aider à accéder ou à recouvrer leur autonomie personnelle et sociale. Il s’agit notamment de victimes de violence, de personnes confrontées à l’alcoolisme et aux toxicomanies ou de personnes sortants de prison ;
  • les autres centres d’accueil sont notamment destinés à l’hébergement d’urgence ;
  • les maisons-relais (dont les résidences accueil) accueillent des personnes en très grande difficulté sociale ou psychologique ;
  • les centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) ainsi que les établissements d’accueil temporaire (AT-SA) si les CADA n’y suffisent pas, sont destinés aux demandeurs d’asile et les centres provisoires d’hébergement (CPH) aux réfugiés.

L’augmentation du nombre de places concerne au premier chef l’hébergement d’urgence, que ce soit en CHRS (+ 2 400) ou dans les autres établissements spécialisés, et l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés.
Malgré cette augmentation, les établissements restent proches de la saturation : 132 200 personnes, soit 94% de la capacité d’accueil, y étaient hébergées à la date de l’enquête, le 15 décembre 2016.
Les places d’hébergement comptabilisées ci-dessus ne comprennent pas, l’étude le précise, l’hébergement dans des hôtels : une formule couramment pratiquée, faute de place dans les établissements spécialisés. Fin 2016, le nombre de personnes hébergées à l’hôtel était d’environ 50 000 [1]. L’augmentation du nombre de places dans les centres répond notamment à la volonté de limiter ce mode d’hébergement peu satisfaisant et très coûteux.
Les personnes hébergées sont en majorité des hommes. La part des mineurs, 30%, est toutefois élevée. 60% des personnes sont ressortissantes d’un pays extérieur à l’UE. 41% des adultes sont dans l’incapacité administrative ou médicale d’accéder à un logement autonome, néanmoins un quart ont une activité professionnelle. 26% sont des chômeurs inscrits à Pôle emploi. Un quart perçoivent le RSA et 15% n’ont aucune ressource.

Jean Bosvieux
Mars 2019


[1] La réponse du 18/10/2018 au Sénat à la question écrite n° 00874 indique que « fin 2016, on comptait 42 646  nuitées dans l’hébergement généraliste et 8 526 dans la cadre du dispositif national de l’asile ». Selon l’auteur de la question, le sénateur Rachel Mazuir, « en 2015, le coût de l’hébergement hôtelier a atteint 234 millions d’euros ».


A lire, sur un sujet connexe, une interview de Sylvain Mathieu, délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement : Le logement d’abord : une alternative à l’hébergement ?

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire